Actualites | Forum |Archives
Le magazine des décideurs et webmasters qui gagnent !
Inscription | Livre d'or | Plan du site | 15 visiteurs actifs
   
A la Une
Actualité
Dossiers
Communiqués
Coin Technique
Agenda des salons
Emploi
Echange de liens

Archives
Sélection
Expérience qui parle
Internet quotidien
Tous les dossiers

Forum
Forum SAM-MAG

Guides
Check-list de la promotion des sites
Promouvoir et référencer les sites web

Contact
Nous contacter
Newsletter
La protection des données personnelles


 
  Génération MP3, la victoire de la musique
Dossier de la semaine du 20 au 26 novembre par Daniel Ichbiah

es maisons de disque sont entrées, qu'elles le veuillent ou non, dans une spirale infernale de standardisation qui a réduit la création à des cases délimitées et appauvri la production à des "genres". Et comme les radios soi-disant libres, loin de jouer le rôle qui leur incombait, ont souvent calqué leur mission sur celles des radios généralistes, nous en sommes arrivés à une situation intolérable dans laquelle un nombre limité d'artistes parviennent à se faire entendre.

A en croire de nombreux professionnels de la musique, sur NRJ ou Fun, aux heures de grande écoute s'impose un premier diktat, celui des 3 minutes. Cela signifie qu'une oeuvre telle que Hey Jude des Beatles (7 minutes, et oui...) aurait du mal à passer aujourd'hui à l'heure des sorties de lycée. Même Billy Jean de Michael Jackson, le succès ultime des années 80 aurait été refoulé du fait de sa durée excessive proche des cinq minutes. A cette aulne, même Stairway to Heaven, pourtant votée chanson du siècle sur le site des auditeurs de RTL, serait aujourd'hui interdite d'antenne sur les radios jeune.

Conséquence de cette normalisation imposée, le nombre de nouveaux artistes d'envergure récemment apparus et qui parviennent à se faire un nom s'est fortement restreint.

L'industrie affirme qu'il n'en est rien et que l'on n'aurait jamais produit autant de nouveaux talents. Si l'on demande des détails, Pascal Nègre, qui préside Universal Music France, nous les donne. Une trentaine de disques de de nouveaux artistes auraient été publiés par sa maison en 1999, alors qu'il n'y en avait qu'une quinzaine en moyenne, dix ans plus tôt. Et d'affirmer que la tendance serait vraie pour le reste de l'industrie. Mais alors, où sont-ils passés, ces nouveaux venus ?

Les plus gros vendeurs de disque de la douce France sont présents sur le marché depuis une vingtaine d'années - Cabrel, Halliday, Souchon, Baschung... Ils méritent sans aucun doute une telle longévité. Mais peut-on réellement accepter l'idée qu'il n'y ait pas eu d'artistes du même calibre qui soient apparus depuis les vingt ou trente ans de gloire de ces derniers ?

Véronique Mortaigne, qui supervise la musique dans le quotidien Le Monde nous donne l'explication. Il y aurait toujours autant de nouvelles productions, mais les critères de choix se seraient tellement affadis que la plupart des disques s'étiolent avant même de pouvoir bourgeonner. Le plus dingue, c'est que l'on se trouve dans une situation de serpent qui se mord la queue.

Les directeurs artistiques, voulant séduire les deux ou trois radios jeune qui comptent, signent de préférence des produits "formatés" pour celles-ci et aboutissent à une floraison de disques insipides, taillés dans un vague moule à base de r'n'b et de dance, indifférenciables pour la plupart. Des disques si navrants qu'ils sont le plus souvent rejetés par ces mêmes radios qu'ils voudraient séduire. Une folle impasse. Nous y reviendrons avec plus de détail.

A-t-on réellement donné à de nouveaux Brel la chance de parvenir à maturité ? A-t-on laissé la chance à des artistes authentiques, animés avant tout par une soif de communiquer, de rencontrer un public. ? Le succès immense de groupes tels que Noir Désir ou Louise Attaque autorise à penser du contraire. Ces artistes se sont forgés un public à la dure, à force de concerts et tournées dans les moindres recoins de France. Les radios étaient pour l'essentiel absentes de l'équation.

Là-dessus, débarque le MP3...

Des milliers d'artistes auxquels on avait fermé la porte trouvent soudain un débouché pour leurs oeuvres, sans avoir à faire le tour des maisons de disque et à affronter le cynisme de quelques diplômés de marketing ayant pour charge de trier les "produits susceptibles de trouver leur place en supermarché"

Le public, c'est à dire vous et moi adhère en masse à cette offre. Des centaines de milliers d'oeuvres sont téléchargées. MP3 est rapidement devenu le mot le plus souvent demandé sur les annuaires d'Internet.

Un canal de communication vital, celui qui relie les artistes aux êtres avait été oppressé. Il est rétabli et c'est un océan de créativité qui déferle soudain. Des milliers d'heure de musiques fabuleuses, des vocalises à susciter des larmes, des arrangements qui étourdissent l'âme, des textes que l'on pensait disparus...

Le MP3 est la meilleure chose qui pouvait arriver à l'industrie du disque. Le bouleversement ne fait que commencer et il est parti pour s'amplifier démesurément. Les géants de la musique payent les frais d'une politique de frilosité qu'ils n'osent avouer mais qui est criante. Les artistes qui s'expriment par le biais des sites Mp3 ne bénéficient peut-être pas d'une production aussi léchée que Milli Vanilli ou les Spice Girls, mais ils ont une authenticité.

Si le format MP3 a pris les majors par surprise, c'est parce qu'il est parti de la base et s'est propagé spontanément de manière irrépressible. On comprend d'ailleurs la panique qui peut s'emparer de l'industrie mondiale du disque. Pour la première fois, il existe un système de contact direct entre ceux qui font la musique et ceux qui désirent la consommer. Les artistes, quels qu'ils soient, ne sont plus confrontés aux diktats et caprices de quelques dizaines de décideurs - détails plus loin.

Pour les grands de l'industrie du disque, habitués à des revenus aisés, la remise en question est profonde. Ils ne retrouveront jamais une situation dorée comme ils l'ont vécue car Internet va favoriser l'éclosion des indépendants, de styles différents, indépendamment du marché de masse.

S'il existe une fausse idée qu'il faut briser, pilonner, réduire en miettes, c'est d'ailleurs celle que s'évertuent de brandir certains membres de l'establishment - pas seulement dans le monde musical - comme quoi un artiste n'aura jamais une visibilité si quelqu'un ne met pas d'argent sur la table et si l'on ne fait pas en sorte qu'il passe à la télévision.

Désolé, mais ce modèle va exploser. La nouvelle génération n'en voudra plus. Qu'est ce qui permet d'affirmer cela ? Deux choses.

En premier lieu, Internet a déjà commencé à créer de tels contre-exemples avec le succès du film Blair Witch, essentiellement promu sur ses forums. Sur le plan des entreprises, la part de marché prise par de nouveaux venus tels que Amazon ou eBay a montré qu'il était possible de se faire une place au soleil en dépit des positions acquises.

Le deuxième facteur, c'est une étude publiée par Forrester Research en février 2000, et selon laquelle il ressort que les jeunes auditeurs désertent les médias traditionnels pour accéder à de nouvelles formes de divertissement sur le Net.

La génération des 14 - 25 ans y est décrite comme fervente des nouvelles tendances musicales et achetant régulièrement ses disques sur le Web. Ils apprécient de pouvoir, grâce au Net, créer un environnement à leur image et choisir ce qu'ils consomment. Un leitmotiv : "Ils ne veulent plus d'une programmation qui tente de plaire à tout le monde."

Autre tendance, ces nouveaux auditeurs aiment se retrouver dans des "communautés" où ils peuvent librement discuter et partager leur passion avec des fans d'artistes méconnus.

Forrester Research parle d'une nouvelle génération en émergence. L'étude juge qu'il étaient déjà plus de 12 millions au moment de la publication de l'étude et en augmentation constante.

Les sites de musique Mp3 (ou autre format musical) sont en mesure de répondre à leur attente là où les médias traditionnels (radios et télévision) ne pourraient les cibler.

Certes, les nantis du métier ont beau jeu de le faire remarquer : aucun artiste majeur n'est encore sorti du Net. Mais comme vous le découvrirez dans ces pages, (surprise, surprise !...) dès à présent, des artistes MP3 commencent à engranger des revenus honorables. Rien à voir avec Bruel, Madonna ou Laura Fabian. Et comme disait un auteur de tubes, il faut laisser le temps au temps...

Extrait du livre :"Génération MP3, la victoire de la musique"

Le commander sur : BOL.fr , Alapage.fr , Fnac.com , Amazon.fr

Daniel Ichbiah
Auteur de nombreux livres qui font référence
en matière de nouvelles technologies :
"Génération MP3, la victoire de la musique"
"Bill Gates et la saga de Microsoft"
"La saga des jeux vidéo"
"Les nouveaux héros d'Internet¨ etc.
Site Web : http://www.ichbiah.com

 
 
Google
 
Web www.sam-mag.com



 

Sponsors

Referenceur.com

Referenceur.com est spécialisé dans le référencement sur mesure et le positionnement de sites internet : positionnement garanti, achat de mots clés, maintenance...

ACORUS

Notre activité : dynamisez votre présence en ligne : référencement, campagne par achat de mot clé, communiqué de presse, solutions Marketing Internet

Copyright © ACORUS 2004. All Rights Reserved

Referenceur.com - Sam-Mag.com - ConferenceVirtuelle.com
E-Positionnement.com - Referencement-Sur-mesure - Referencer-Site-Web.com
Visibilite-Internationale.com - Referencement-Immobilier.net