Actualites | Forum |Archives
Le magazine des décideurs et webmasters qui gagnent !
Inscription | Livre d'or | Plan du site | 15 visiteurs actifs
   
A la Une
Actualité
Dossiers
Communiqués
Coin Technique
Agenda des salons
Emploi
Echange de liens

Archives
Sélection
Expérience qui parle
Internet quotidien
Tous les dossiers

Forum
Forum SAM-MAG

Guides
Check-list de la promotion des sites
Promouvoir et référencer les sites web

Contact
Nous contacter
Newsletter
La protection des données personnelles


 
 Trois règles pour faire de l'argent sur Internet (1ère partie/3) 
Dossier de la semaine du 30 août au 5 septembre 1999 par Philippe Monteiro da Rocha Directeur online PageFrance.com
L'article qui suit est extrait de Stratégies des sites qui rapportent par Philippe Monteiro da Rocha, Editions CampusPress 1999, présenté sur PageFrance.com.
aire de l'argent sur Internet n'est pas une tâche simpliste. Beaucoup de promesses et d'estimations généreuses mais peu de résultats tangibles et concrets. Cette finalité, l'objectif de "vivre grâce à Internet" qu'en fait nous partageons tous, prend énormément d'éléments stratégiques en considération.

Quels espoirs de faire fortune ?

Cette vision audacieuse ne s'appuie pas encore sur des modèles économiques fonctionnels avérés si l'on excepte les voies empruntées par quelques multinationales comme Yahoo, Lycos, Dell ou AOL qui ont su très tôt s'investir de façon massive sur Internet.

Elles récoltent aujourd'hui les fruits faramineux des graines qu'elles ont pris le risque de semer jadis, sous le regard incrédule de tous les jaloux d'aujourd'hui.

Certaines structures indépendantes ont néanmoins démontré la viabilité commerciale du réseau en adaptant rapidement leurs offres de service aux besoins concrets et quotidiens des utilisateurs d'Internet.

C'est vrai pour les sociétés de développement de logiciels, c'est vrai pour les prestataires de services en ligne (référencement, conseils, trading, etc...) et c'est toujours vrai pour les concepteurs et distributeurs de matériel informatique qui y ont crû au moment où il le fallait.

La mauvaise nouvelle, c'est que la barrière d'entrée sur le marché du online s'élève à une vitesse astronomique. Il n'est pas trop tard pour développer des affaires sur Internet mais :

  • Soit la campagne de lancement et la mise en place de la stratégie vont demander des ressources humaines, financières et technologiques considérables, ce qui limitera la compétition aux acteurs majeurs du monde économique.
  • Soit, dans le cas d'une entreprise aux moyens limités, le "business model" sera adapté d'un modèle existant ailleurs sur Internet. Son développement prendra alors du temps et ne pourra prétendre à générer des profits considérables. On retombera alors dans une vision beaucoup plus "classique" du monde des affaires et on progressera en CA, peut-être en part de marché, sans espoir fondé de faire fortune.
  • La troisième option, évidemment, celle qui garantie le "jack-pot", c'est de bien marketer une nouvelle idée lumineuse ou un concept révolutionnaire qui sache correspondre, à la fois, aux aspirations du marché et au timing précis où celui-ci est prêt à l'adopter. Le phénomène mondial engendré par la diffusion gratuite du logiciel ICQ, mis au point par la société israélienne Mirabilis, et le rachat immédiat de celle-ci par AOL, constituent un exemple parfait.

Faire de l'argent en ligne, développer une stratégie internet cohérente, ça signifie d'abord faire preuve de réalisme et s'investir, en toute connaissance de cause, dans un processus à long terme. En lançant un site, si on ne s'appelle pas Disney ou Infoseek (en mars 1999, Go.com devenait le cinquième site le plus visité au monde un mois après son lancement), on ne communique pas du jour au lendemain avec des millions d'internautes.

Sur le web francophone, réussir à fidéliser 10 ou 20.000 internautes qui visiteront le site au moins une fois par mois, constitue déjà un succès rare. Or, le trafic et la fidélisation demeurent, qu'on le veuille ou non, les seules valeurs statistiques à peu près solides et cohérentes pour rédiger un "business plan" qui ne mente pas (ou pas trop…).

On ne fait pas fortune en six mois sur le web. Mais, une fois le capital initial investi, le schéma de développement commercial qu'on peut appliquer à l'Internet permet un cycle de rentabilité plus court.

Alors qu'on envisage rarement des bénéfices avant la quatrième année d'exploitation dans un commerce traditionnel, certaines sociétés comme Francité ont enregistré des profits et entamé l'amortissement du capital investi dès leur seconde année d'exercice.

Lisez la suite...

Note De La Rédaction :
Afin de compléter cet article, vous lirez avec intérêt :

 
 
Google
 
Web www.sam-mag.com



 

Sponsors

Referenceur.com

Referenceur.com est spécialisé dans le référencement sur mesure et le positionnement de sites internet : positionnement garanti, achat de mots clés, maintenance...

ACORUS

Notre activité : dynamisez votre présence en ligne : référencement, campagne par achat de mot clé, communiqué de presse, solutions Marketing Internet

Copyright © ACORUS 2004. All Rights Reserved

Referenceur.com - Sam-Mag.com - ConferenceVirtuelle.com
E-Positionnement.com - Referencement-Sur-mesure - Referencer-Site-Web.com
Visibilite-Internationale.com - Referencement-Immobilier.net