Actualites | Forum |Archives
Le magazine des décideurs et webmasters qui gagnent !
Inscription | Livre d'or | Plan du site | 15 visiteurs actifs
   
A la Une
Actualité
Dossiers
Communiqués
Coin Technique
Agenda des salons
Emploi
Echange de liens

Archives
Sélection
Expérience qui parle
Internet quotidien
Tous les dossiers

Forum
Forum SAM-MAG

Guides
Check-list de la promotion des sites
Promouvoir et référencer les sites web

Contact
Nous contacter
Newsletter
La protection des données personnelles


 
  David contre Goliath ?
Dossier "SAM Le Directeur" du 18 septembre au 1 octobre 2000 par Fabrice Lefevre Sory

l ne se passe pas une semaine sans qu'une Offre Publique d'Achat ou OPA ne soit lancée !

Le dernier exemple en date, la Bourse de Stockholm a lancé une opération (OPA) hostile sur la Bourse de Londres. L'activité de cette Bourse est nettement moins importante que sa " proie " : les actifs échangés sur la Bourse de Londres représentent plus de 6 fois celle de Stockholm. Ainsi le montant moyen traité par jour en 1999 a été de 13.49 milliards de dollars (près de 100 milliards de Francs) pour la Bourse de Londres contre " seulement " 2.21 milliards de dollars (plus de 16,3 milliards de Francs) pour la Bourse de Stockholm.

Petite nuance : ce n'est pas la Bourse de Stockholm qui lance une OPA sur la Bourse de Londres, mais la société gérant la Bourse suédoise appelée OM Gruppen sur son équivalente anglaise, le London Stock Exchange ou LSE. Ces deux sociétés de gestion n'ont en effet pas une grande différence de taille. Ainsi l'offre d'OM Gruppen sur le LSE est évaluée à 1.5 milliards d'Euros (près de 9.9 milliards de Francs) paraît cohérente. OM Gruppen propose un échange d'actions et une rémunération en liquide pour les actionnaires du London Stock Exchange. De plus, OM Gruppen met en avant la création de valeur pour l'actionnaire et la parfaite adéquation entre Stockholm et Londres.

L'OPA d'OM Gruppen sur le London Stock Exchange s'oppose à l'accord qui était en passe d'être signé en Septembre 2000 entre ce dernier et son homologue allemand, la Deutsche Börse. Le London Stock Exchange et la Deutsche Börse avaient projeté de fusionner pour donner naissance à iX. Le capital de cette nouvelle société devait être réparti à part égale entre les actionnaires du London Stock Exchange et de la Deutsche Börse. L'offre suédoise remet en question le projet iX.

Les Anglais et les Suédois sont plus proches culturellement. De plus, " le London Stock Exchange garderait sa forte position avec OM Gruppen, un fournisseur technologique leader à ses côtés; c'est une très sérieuse alternative à iX " a indiqué Stenhammer, le président d'OM Gruppen. Pour contrer cette offre, Francfort se préparerait selon Rolf Breuer, président du conseil de surveillance de Deutsche Börse (DB) (société gérante de la Bourse allemande) à changer l'accord existant de fusion entre Londres et Francfort en une OPA amicale pour les actionnaires du London Stock Exchange. Ainsi Francfort apparaît comme le chevalier blanc le plus probable, même si l'aide d'autres Bourses, comme Milan et Madrid, n'est pas à exclure.

De leur côté, les Français avaient pris les devants en annonçant, le 20 mars dernier, un accord de fusion avec Bruxelles et Amsterdam, pour créer une société concurrente appelée Euronext. La date de clôture de la fusion a été fixée au 22 septembre prochain et la totale intégration technique, c'est-à-dire la mise en place des premières cotations, devrait avoir lieu lors du premier trimestre 2001. Ainsi courant 2001, il sera normalement possible de passer des ordres à la Bourse de Paris sur des sociétés qu'elles soient côtées à Amsterdam, à Bruxelles ou à Paris. L'accord entre ces trois places prévoit une répartition des rôles proportionnelle à la taille des sociétés : la société Euronext sera de droit néerlandais, les réunions prendront place à Bruxelles et Paris Bourse SA détiendra 60 % de la nouvelle société.

Tous ces rapprochements des Bourses européennes sont évidemment stratégiques. Les intérêts directs pour les actionnaires de ces pays sont notamment l'augmentation de la liquidité du marché, c'est-à-dire que une hausse des échanges sur les actions, la baisse des frais de courtage du fait de la réduction des coûts techniques de routage des ordres et de la concurrence accrue des coutiers. Pour certaines actions étaient cotées simultanément sur plusieurs marchés (par exemple, ABN AMRO ou Royal Dutch qui sont à la fois côtés à Paris et à Amsterdam), un unique marché impliquera une seule cotation par valeur. Les actionnaires auront ainsi accès à plus de sociétés, plus simplement.

Si nous attendons la réaction de la Deutsche Börse suite à l'OPA hostile du suédois OM Gruppen, nous suivrons également avec attention la création d'Euronext qui devrait déterminer le comportement des investisseurs individuels français pour quelques années.

A suivre…

 

Fabrice Lefevre Sory / Richelieu Finance
www.richelieufinance.fr
Tel : 01 42 89 00 00

Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite sans autorisation préalable

 
 
Google
 
Web www.sam-mag.com



 

Sponsors

Referenceur.com

Referenceur.com est spécialisé dans le référencement sur mesure et le positionnement de sites internet : positionnement garanti, achat de mots clés, maintenance...

ACORUS

Notre activité : dynamisez votre présence en ligne : référencement, campagne par achat de mot clé, communiqué de presse, solutions Marketing Internet

Copyright © ACORUS 2004. All Rights Reserved

Referenceur.com - Sam-Mag.com - ConferenceVirtuelle.com
E-Positionnement.com - Referencement-Sur-mesure - Referencer-Site-Web.com
Visibilite-Internationale.com - Referencement-Immobilier.net