Actualites | Forum |Archives
Le magazine des décideurs et webmasters qui gagnent !
Inscription | Livre d'or | Plan du site | 15 visiteurs actifs
   
A la Une
Actualité
Dossiers
Communiqués
Coin Technique
Agenda des salons
Emploi
Echange de liens

Archives
Sélection
Expérience qui parle
Internet quotidien
Tous les dossiers

Forum
Forum SAM-MAG

Guides
Check-list de la promotion des sites
Promouvoir et référencer les sites web

Contact
Nous contacter
Newsletter
La protection des données personnelles


 
  Concours de Beauté : Qui seront Miss UMTS ?
Dossier "SAM Le Directeur" du 26 juin au 9 juillet 2000 par Nathalie Pelras

ous nous interrogions sur les possibles modes de sélection pour l'attribution des 4 licences UMTS et sur l'enjeu pour les opérateurs mobiles. Alors que ces derniers redoutaient majoritairement le recours aux enchères, le ministre de l'Economie et des Finances français a finalement tranché pour la sélection sur dossiers pour un montant global de 130 Milliards de francs...

Ne cédant pas à la forte tentation de placer les 4 licences aux enchères comme l'ont fait les britanniques (au total 250 Milliards de francs) et les allemands, le gouvernement français a tout de même fixé le prix de la licence à 32,5 Milliards de francs (16,25 Milliards payables au cours des deux prochaines années et le solde étalé sur 13 ans). L'essentiel de cette somme, environ 100 Milliards de francs, sera affecté au fonds de retraite. Quant au reste, il devrait servir à désendetter l'Etat que ce soit en rachetant ses emprunts ou en réduisant le déficit budgétaire afin de baisser à terme les charges fiscales. Si ce choix ne devrait pas atteindre significativement l'équilibre financier des opérateurs, le contentement est loin d'être total.

Parmi les plus vindicatifs, Jean-Marie Messier n'est pas en reste; qualifiant le prix d'exorbitant et de déraisonnable, le président de Vivendi s'insurge contre " un impôt qui détruit de la valeur ". Ainsi, afin de financer partiellement l'acquisition de sa licence, Vivendi a dû céder 3% de la chaîne britannique à péage BskyB. Ne rapportant que 6,5 Milliards de francs, cette cession ne suffira pas, obligeant le groupe rajouter directement le même montant et SFR à autofinancer le reste.

Bien que France Telecom s'attendait à un prix de 23 Milliards de francs la licence, son attitude face à la nouvelle s'est avérée plus modérée (est-il en effet de bon ton de critiquer les décisions de son actionnaire majoritaire surtout quand il s'agit de l'Etat ?). Avec une part de marché de 48,2%, il demeure le nº1 français, d'autant que l'acquisition d'Orange lui ouvre les portes du marché européen.

La situation de Bouygues Telecom est quant à elle beaucoup plus délicate. Entre l'acquisition de la licence et les investissements d'infrastructures, le nº3 français devra décaisser 42,5 Milliards de francs atteignant ainsi les limites de sa capacité de financement. Toute nouvelle levée de fonds auprès des actionnaires (autres que Telecom Italia Mobile) étant exclue, la cession des actifs semble aujourd'hui très probable. Ainsi seul Telecom Italia Mobile dont la participation dans Bouygues Telecom est à hauteur de 11%, serait susceptible de monter dans le capital de l'opérateur.

Si les trois opérateurs précédents ont de fortes chances d'obtenir chacun une licence, le choix du quatrième est moins évident. Beaucoup de prétendants sont en lys dont de nombreux étrangers. Grâce au consortium constitué avec l'espagnol Telefonica, Suez Lyonnaise fait figure de favori parmi les " outsiders ". Deutsch Telekom qui avait été un des rares à réclamer les enchères devra constitué pour sa part un consortium avec des partenaires européens s'il veut pouvoir prétendre à l'acquisition de cette 4ème licence. La hantise du groupe allemand avait été mise en exergue par les déclarations de son Président Ron Sommer; celui-ci affirmait à l'époque que seules les enchères permettraient à un opérateur non français d'acquérir une des quatre licences car la sélection sur dossiers par l'administration française favoriserait forcément les nationaux. Il n'est pas non plus totalement exclu que Deutsch Telekom jette à nouveau son dévolu sur Bouygues Telecom, même si par le passé les tentatives d'accord ont échoué.

Il apparaît nettement que l'enjeu de cette bataille est énorme. Cette licence, qui permettra de promouvoir l'internet mobile à grande échelle, est donc indispensable pour conquérir un marché européen estimé entre 125 et 200 millions d'internautes d'ici 2004. Le téléphone mobile devrait non seulement dépasser les micro-ordinateurs dans l'accès à Internet, mais permettre grâce au nouveau langage qu'est le WAP, de développer des services tels que le visiophone, la messagerie vidéo...

En terme de financements, seuls France Telecom et SFR (Vivendi) ne devraient donc pas avoir de difficultés à acquérir les licences et à mettre en place les investissements structurels nécessaires au développement de cette téléphonie de 3ème génération. Quant aux autres, le doute persiste et le recours aux alliances est tout à fait envisageable. En outre, la problématique de retour sur investissement est bien plus inquiétante et complexe. Tant la durée que l'amortissement de la licence sont estimés à 15 ans, or il fort probable que la 4ème génération de mobiles apparaissent avant cette échéance obligeant ainsi les opérateurs à réinvestir dans cette nouvelle technologie.

Alors qu'au niveau de chaque pays européen l'attribution de licences est en cours, il est impensable que les grands opérateurs se cantonnent aux simples limites de leurs frontières (à l'image de France Telecom et de son acquisition d'Orange). Dans ce contexte d'une concurrence inévitablement âpre, la question est donc de savoir qui absorbera l'autre et quels seront les opérateurs européens susceptibles de se présenter comme leaders mondiaux.

Nathalie PELRAS / Richelieu Finance
Gérante du FCP TECH NET
www.richelieufinance.fr
Tel : 01 42 89 00 00

Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite sans autorisation préalable

 
 
Google
 
Web www.sam-mag.com



 

Sponsors

Referenceur.com

Referenceur.com est spécialisé dans le référencement sur mesure et le positionnement de sites internet : positionnement garanti, achat de mots clés, maintenance...

ACORUS

Notre activité : dynamisez votre présence en ligne : référencement, campagne par achat de mot clé, communiqué de presse, solutions Marketing Internet

Copyright © ACORUS 2004. All Rights Reserved

Referenceur.com - Sam-Mag.com - ConferenceVirtuelle.com
E-Positionnement.com - Referencement-Sur-mesure - Referencer-Site-Web.com
Visibilite-Internationale.com - Referencement-Immobilier.net