Actualites | Forum |Archives
Le magazine des décideurs et webmasters qui gagnent !
Inscription | Livre d'or | Plan du site | 15 visiteurs actifs
   
A la Une
Actualité
Dossiers
Communiqués
Coin Technique
Agenda des salons
Emploi
Echange de liens

Archives
Sélection
Expérience qui parle
Internet quotidien
Tous les dossiers

Forum
Forum SAM-MAG

Guides
Check-list de la promotion des sites
Promouvoir et référencer les sites web

Contact
Nous contacter
Newsletter
La protection des données personnelles


 
  Commerce électronique : bien comparer les offres bancaires 
Dossier de la semaine du 25 au 31 octobre 1999 par Jean Lançon

endre en ligne est devenu facile : des scripts, des logiciels et même des applications on-line telles Generic-Commerce par exemple, vous permettent de monter votre boutique virtuelle en quelques dizaines de minutes tout au plus. Mais la véritable question logistique qui se pose est : comment, et sous quelles conditions, allez-vous vous faire payer ?

Généralités

Toute banque est, en théorie, capable de vous fournir un TPE (terminal de paiement électronique) et de l'assortir d'un contrat dit "VAD" (vente à distance). Cette solution vous permet, contre un abonnement forfaitaire plus une commission pouvant aller de 0.75 à 2.50 % du chiffre d'affaires, de saisir les coordonnées de la carte bancaire de votre client distant, et de valider une transaction qui se traduira par un virement sur votre compte du montant de la vente (sous déduction de la commission).

J'ai bien dit "en théorie", car de nombreux problèmes se posent, et le parcours du futur cyber-commerçant prend vite les allures d'un labyrinthe.

Offre soumise à étude

Si votre entreprise vient de se créer, il n'est pas dit que votre banquier vous accordera le TPE, à plus forte raison avec un contrat VAD. En effet, bon nombre de banques requièrent que le commerçant apporte des éléments probants quant à son sérieux et à sa solvabilité. Certaines banques demandent même des dépôts de garantie pouvant parfois atteindre 15.000 francs. Inacceptable pour une petite start-up.

De surcroît, certaines banques refuseront de vous accorder ce service si elles estiment qu'il y a un risque lié à la nature de la vente : prestation de service (bien non "palpable"), téléchargement de logiciel, etc. D'autres ont également des règles de déontologie (pas de marchandises dites "pour adultes", pas de biens périssables, etc.).

Coût du système et délais de paiement

Le coût d'un tel service, et surtout sa formule de tarification, varie d'une banque à l'autre. A priori il n'existe rien à moins d'environ 100 francs HT/mois, assorti dans tous les cas d'une commission sur chaque transaction (0.75% à 2.50% du chiffre d'affaires TTC). Compte tenu du coût global assez faible, et du fait qu'une grande partie de ce coût est directement proportionnelle au C.A. réalisé, il est permis de considérer que les offres proposées sur le marché bancaire sont, à la finale, sensiblement équivalentes.

En revanche, des écarts considérables existent quant au délai dans lequel la banque vous reverse le montant de la transaction. Ces délais varient en effet de 48 heures à... 7 mois dans certains cas ! Certaines banques refusent en effet de vous reverser quoi que ce soit tant que le délai légal de contestation par le porteur n'est pas expiré. Autant dire qu'un tel délai est un frein total au développement du commerce électronique.

La sécurité

La plupart des contrats TPE avec VAD impliquent que, pour toute transaction supérieure à généralement 600 francs, le terminal appelle le centre d'autorisation bancaire pour obtenir un numéro d'autorisation. Vous avez également la possibilité d'appeler, téléphoniquement parlant, le même centre pour obtenir une autorisation pour des transactions d'un montant inférieur.

Dans tous les cas, cette autorisation ne vous garantira pas contre la faculté de contestation dont bénéficie le porteur de la carte, et ce même si c'est bien lui qui a commandé et qui a été livré ! Certes il existe des recours contre ce type de fraudes (identification formelle de l'auteur de la transaction sur commission rogatoire), et ces abus sont passibles d'une amende pouvant atteindre 2.500.000 francs et d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 3 ans, mais certains ne l'ont pas compris et fraudent quand même. Et en attendant, la banque vous redébite du montant intégral de la transaction (la commission bancaire reste donc perdue pour vous).

Mais le pire, c'est que dans bon nombre de banques, l'autorisation ne vous garantit même pas que la carte utilisée existe bien ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, la plupart des centres d'autorisation bancaires ne savent seulement vérifier que la carte n'est pas en opposition et qu'elle n'est pas en dépassement d'encours. Or, une fausse carte ne pouvant par définition être en opposition ni en dépassement d'encours, sera acceptée si l'algorithme de son numéro est correct ! Evidemment, quelques jours plus tard votre banque redébitera votre compte au motif "carte inexistante"... après avoir quand même encaissé une commission qui ne vous sera jamais remboursée !

Quelles solutions concrètes ?

Il faut savoir qu'aucune banque ne peut vous garantir contre les recours en contestation que peuvent exercer les porteurs des cartes bancaires que vous avez débitées. Cela changera à terme avec le système des lecteurs de cartes intégrés aux ordinateurs, la carte étant formellement identifiée. Mais pour l'instant, vous n'êtes pas à l'abri d'un plaisantin qui trouve intelligent de risquer 3 ans de prison ferme pour économiser 500 ou 1000 francs.

En revanche, des systèmes comme CyberMut (partenariat Crédit Mutuel et CIC) ou TéléCommerce (France Télécom), ne laissent pas passer les cartes inexistantes. Ce n'est pas le Pérou, mais c'est un progrès. Un progrès qui tient au fait que le système de télépaiement interroge en temps réel, ou au pire dans l'heure qui suit, la banque du porteur de la carte, et décide d'accorder ou non une autorisation.

De plus, ces systèmes vous permettent de garder "sous le coude" les transactions à effectuer, que vous pourrez déclencher au moment de l'expédition par exemple.

Ces solutions "intelligentes" de télépaiement reviennent plus cher que les solutions bancaires classiques avec TPE. Mais la qualité du service, à mon sens, le justifie : si vous expédiez une marchandise un tant soit peu coûteuse à l'utilisateur d'une carte inexistante, combien aurez-vous perdu d'argent ?

En conclusion

La solution de commerce en ligne idéale n'existe pas encore, et le système législatif en vigueur, s'il a nettement progressé, est encore insuffisant. S'il est légitime que le titulaire d'une carte bancaire dispose d'un délai de contestation s'il a réellement été victime d'un escroc, il n'est en revanche pas acceptable qu'un commerçant soit obligé de déposer plainte, de faire des pieds et des mains pour obtenir une commission rogatoire, puis d'attendre les résultats d'une enquête de police ou de gendarmerie, pour se faire payer une marchandise commandée par un fraudeur.

Ce sont autant de freins au développement des boutiques en ligne. Et lorsque, de surcroît, les banques prélèvent des commissions pour des services qui, à l'usage, se révèlent inutiles voire inexistants, l'on se dit qu'une fois de plus rien n'est fait dans notre pays pour que les entreprises se créent, se développent et prospèrent.

D'un regard un peu moins pessimiste, j'espère avoir su attirer votre attention sur la nécessité absolue de bien comparer les offres bancaires avant de choisir votre système de paiement en ligne.

Jean Lançon,
http://www.mjpresse.com

NDLR, pour compléter cet article :

 
 
Google
 
Web www.sam-mag.com



 

Sponsors

Referenceur.com

Referenceur.com est spécialisé dans le référencement sur mesure et le positionnement de sites internet : positionnement garanti, achat de mots clés, maintenance...

ACORUS

Notre activité : dynamisez votre présence en ligne : référencement, campagne par achat de mot clé, communiqué de presse, solutions Marketing Internet

Copyright © ACORUS 2004. All Rights Reserved

Referenceur.com - Sam-Mag.com - ConferenceVirtuelle.com
E-Positionnement.com - Referencement-Sur-mesure - Referencer-Site-Web.com
Visibilite-Internationale.com - Referencement-Immobilier.net